Le paysage médiatique

Photographie de l'édifice abritant la Ligue d'Action française au 1735, rue Saint-Denis (Montréal), 1925. CRLG, Fonds Lionel-Groulx (P1/T3, 1.1).

Photographie de l'édifice abritant la Ligue d'Action française au 1735, rue Saint-Denis (Montréal), 1925. CRLG, Fonds Lionel-Groulx (P1/T3, 1.1).

En janvier 1917, le premier numéro de L’Action française sort des presses. Le paysage médiatique de l’époque est déjà riche en périodiques nationalistes : L’Action sociale est née à Québec en 1907, Le Devoir à Montréal en 1910, et Le Droit à Ottawa en 1913. On peut aussi lire le Bulletin du parler français, un mensuel plus académique. Les quotidiens de différentes allégeances foisonnent : La Patrie, La Presse, Le Canada français et de nombreuses feuilles éphémères informent la population. La Ligue des droits du français, qui changera son nom pour Ligue d’Action française en 1921 seulement, publie depuis 1915 l’Almanach de la langue française, un petit livre annuel à grande diffusion qui s’adresse à toutes les couches de la population. L’Almanach dispense à ses lecteurs une grande variété d’informations et les incite fortement à agir pour que leur langue soit respectée en tout et partout. Jusqu’au début des années 1920, les ventes de l’Almanach vont bon train. L’Action française connaîtra un succès semblable, mais plus durable, avec un tirage oscillant entre 2500 et 6000 exemplaires selon les années. Dans un aussi petit bassin démographique et dans une population encore très largement sous-scolarisée, c’est un chiffre impressionnant.

1917 à 1932 — L'Action française
Le paysage médiatique